Le Chipping

Le chipping (approche roulée au green)

Les coups les plus courts, comme le chip, sont les plus importants au golf. Selon votre maîtrise, le putting, le chipping et le pitching, soit les 3 techniques de base du jeu court, constituent de 50 à 70 % de votre score! C’est donc dire que, si vous débutez au golf, vous pouvez améliorer facilement de 20 % votre score grâce à ces trois techniques. En clair, une ronde de 125 coups se transforme en ronde de 100 coups!

En réussissant vos chips, vous obtiendrez des putts courts faciles à caler au prochain coup. Il se pourrait même que vous n’ayez pas à putter  du tout si votre chip termine sa course dans le trou. Par bonheur, le jeu court ne demande ni puissance ni souplesse exemplaires. Tout le monde peut exceller au jeu court. Les meilleurs golfeurs professionnels consacrent jusqu’à 80 % de leur temps de pratique au jeu court. Pourquoi pas vous aussi? De plus, si vous excellez au jeu court, vous deviendrez inévitablement meilleur au jeu long. En effet, les habiletés acquises au jeu court transpireront sur votre jeu long.

Savoir marcher avant d’apprendre à courir

Comme je le dis souvent, il faut savoir marcher (jeu court) avant d’apprendre à courir (jeu long). Qui plus est, en sachant d’avance que vous pouvez récupérer par votre jeu court une erreur commise au jeu long, vous serez plus détendu pour exécuter les longs coups de départ et de fairway. Bref, vous avez tout à gagner à accorder une plus grande part de votre temps d’entraînement au putting et au chipping.

Un chip, c’est quoi au juste?

Le chip, ou approche roulée sur le green, est un coup de faible intensité en bordure des verts. Dans un court laps de temps, la balle s’envole dans les airs pour ensuite rouler comme un putt sur le green. Ainsi, le chip permet à la balle de survoler le relief accidenté et l’herbe haute autour des verts.

Deux types de chips

Je vais vous montrer 2 types de chips : le chip I à I, et le chip L à I. Les lettres en majuscules (L et I) font référence aux 2 extrémités du swing : le sommet du swing arrière (backswing) et le sommet du swing avant. La lettre I signifie que le bras avant est dans le prolongement de la tige, que les poignets ne sont pas armés. La lettre L, signifie que la bras avant forme un angle de 90 degrés avec la tige, que les poignets sont armés. Remarquez que le swing se termine en I dans les 2 types de chips.

L’armage des poignets

Dans le chip L à I, on dit que les poignets sont « armés » durant le backswing pour former le L.  La première lettre indique donc la position a sommet du backswing, tandis que la deuxième indique la position en finition de l’élan avant. Pour le chip I à I, les deux positions sont identiques, c’est-à-dire que le bras avant est dans le prolongement de la tige tant au sommet du backswing qu’en fin d’élan avant.

En vérité, pour avoir un swing fluide, vous devez quand même armer légèrement les poignets durant le backswing d’un chip I à I. Pour le chip L à I, la tige forme un angle de 90 degrés avec le bras avant au sommet du backswing.

Gare au pelletage au chipping : empressez-vous de corriger cette faute technique!

Laisser céder le poignet à l’impact veut dire le laisser plier en extension, mais pas au point de soulever la balle. Soulever la balle est une erreur technique fréquente chez les débutants. Cette erreur s’appelle « pelleter la balle » au Québec, mais « cueillir la balle » en France. Cette différence culturelle, je l’explique ainsi : Nous, les Québécois, passons plus de temps que les Français à pelleter de la neige qu’à cueillir des fleurs, surtout au mois de mars! 😉

Éducatif Tirer une valise, pour corriger le pelletage (la cueillette) de la balle

Cet éducatif vise à vous apprendre à utiliser correctement la main arrière dans un swing de golf. Ainsi pour éliminerez votre envie de soulever la balle par une poussée des doigts de la main arrière durant l’élan avant. Un conseil : vous devez augmenter la pression du poignet arrière contre la poignée et diminuer d’autant celle exercée par les doigts de la main arrière.

  1. Adoptez un grip dont les doigts de la main arrière sont retirés de la poignée (seul le poignet reste appuyé contre la poignée);
  2. Toutefois, votre main avant doit rester bien enroulée sur la poignée;
  3. Votre main arrière devrait alors être fléchie vers l’arrière, comme lorsque vous tirez une valise avec cette main;
  4. Faites plusieurs swings continus en tournant bien les épaules et en conservant la pression du poignet arrière contre la poignée;
  5. Vos épaules doivent être complètement relâchées pour que le mouvement pendulaire des bras se fasse naturellement;
  6. Reprenez le grip normal, avec les doigts des deux mains bien enroulés sur la poignée;
  7. Refaites plusieurs swings aller-retour en continu en sentant bien la pression du poignet arrière contre la poignée.

Chipping I à I à la façon de Steve Stricker

Les poignets sont PEU armés au sommet du backswing


Chipping L à I à la façon de Phil Mickelson

Les poignets sont COMPLÈTEMENT armés au sommet du backswing

Les 5 fondamentaux statiques : comment s’installer correctement pour un chip

Comme pour tout coup de golf, vous devez vous installer correctement dans la position initiale du chip en vérifiant cinq points essentiels : l’alignement, la posture, la prise, la position de la balle et, enfin, l’écartement des pieds (ou stabilité). C’est ce qu’on appelle les fondamentaux statiques, ou l’art de bien s’installer avant de swinguer.

Le golfeur doit les exécuter dans un ordre bien précis chaque fois. Cet ordre, c’est la routine préparatoire, laquelle permet d’adopter la bonne position initiale. Dans les paragraphes qui suivent, je traite ces cinq fondamentaux statiques dans un ordre un peu différent de la routine préparatoire habituelle, mais ce n’est que temporaire. Je veux d’abord m’assurer que chaque fondamental est bien compris et maîtrisé avant de vous présenter l’ordre dans lequel les cinq fondamentaux statiques doivent être exécutés (la routine préparatoire).

1- Stabilité

Les pieds sont très rapprochés. Patrick Reed conseille d’écarter les genoux l’un de l’autre pour rendre le bas du corps immobile. Le poids reste davantage sur le pied avant tout au long du swing (60 % du poids sur le pied avant).

Éducatif John Wayne pour les putts et les chips

Pour améliorer la stabilité du bas du corps et empêcher le roulis des pieds durant le swing, adoptez la position d’un cowboy à cheval en écartant les genoux l’un de l’autre à la position initiale, comme le conseille Patrick Reed.

2- Posture

La posture est haute. Cependant, éloignez-vous de la balle pour une trajectoire plus haute ou, au contraire, rapprochez-vous d’elle pour une trajectoire plus basse. C’est un mouvement pendulaire qui ressemble beaucoup au putting. La lame, talon et pointe, repose bien à plat au sol.

3- Prise

La prise est détendue pour sentir le poids de la lame. Toutefois, la prise doit être plus ferme que pour le jeu long et ce, pour réduire au minimum une perte de distance causée par les grattes. Si vous voulez un chip avec un effet brossé (la balle roule beaucoup après sa chute), prenez une prise un peu forte et laisser les avant-bras rouler légèrement l’un sur l’autre durant le swing avant. À l’inverse, si vous voulez veut un chip avec une balle qui roule moins, prenez une prise neutre et ne laissez pas les avant-bras rouler l’un sur l’autre.

4- Alignement

Les pieds, les genoux et le bassin sont ouverts de 15 degrés par rapport à la ligne de visée. Quant aux épaules, elles peuvent être parallèles à la ligne de visée, c’est à-dire en position square tout comme la lame.

5- Position de la balle

La balle fait face au gros orteil du pied arrière, ce qui permet aux yeux et au manubrium sternal (petite cavité à la partie supérieure du sternum juste au-dessous de la pomme d’Adam) de se trouver devant la balle, d’où un impact en descente. On peut également placer la balle plus au centre des pieds pour éviter que la tranche s’enfonce trop dans le sol. Nick Faldo conseille de pratiquer toutes les positions de balle entre les deux pieds dans chaque substrat afin de trouver le bon dosage et la bonne combinaison de rebond/dégagé pour chaque position de balle et substrat. Par dégagé, il entend le synchronisme de l’action des poignets et, le cas échéant, du croisement des avant‑bras dans la zone d’impact.

Action des poignets pour les chips

Les poignets sont peu armés pour les chips près du green (I à I). En revanche, il sont davantage armés pour les chips plus éloignés du green (L à I) et ce, pour allonger la portion aérienne de la trajectoire.

Point de chute de la balle

À moins que le relief ne vous impose un autre point de chute, faites atterrir la balle sur le green à environ 5 pieds (1,5 mètre) au-delà du tablier. La balle doit pouvoir rouler jusqu’au trou. Pour ce faire, choisissez le bâton en conséquence, sachant qu’un fer 8, par exemple, produit une trajectoire plus basse qu’un fer 9, mais aussi plus de roulement après la chute de la balle sur le green. De plus, une trajectoire basse est toujours plus facile à maîtriser qu’une trajectoire haute du point de vue de la constance des coups. Autrement dit, vous aurez plus de facilité à réussir vos chips avec un fer 8 qu’avec un fer 9 ou un wedge.

Routine préétablie

Établissez une bonne routine et tenez-vous-en à celle-ci pour de bon. C’est là un des grands secrets de la réussite au golf : répéter sans cesse les mêmes gestes dans le même ordre.

Rythme et tempo pour le chipping

Le rythme du chip est une mesure à trois temps (1-2-3), toujours le même, mais accélérez le tempo sur les verts lents et le ralentir sur les verts rapides; ainsi, l’ampleur du swing arrière et du swing avant reste le même pour une distance donnée. Le 1 est une pression vers l’avant, qui agit comme déclencheur du swing, le 2 est le sommet du backswing et le 3, l’impact.

Direction de la balle dans les airs et sur le sol

Le secret d’une bonne direction réside dans la relaxation des vertèbres du milieu du dos et dans une position de la face du bâton parfaitement perpendiculaire à la ligne de visée tant à l’adresse qu’au moment de l’impact. Une mauvaise direction (push ou pull) est souvent causée par un croisement involontaire des avants-bras durant le swing.

Le pull : voulu ou pas, utile ou pas?

Le pull est une trajectoire de balle qui part vers l’intérieur (vers la gauche pour les droitiers, vers la droite pour les gauchers). C’est un coup très utile en pente ascendante pour éviter que la balle ne s’immobilise prématurément. Pour créer un pull volontairement, croisez les avant-bras vers l’intérieur durant l’élan avant. Ainsi, la lame descendra vers la balle tout en se fermant. La fermeture de la lame à l’impact produit un effet brossé (topspin) qui fera partir la balle vers l’intérieur.

Cependant, sachant que la balle partira vers l’intérieur et déviera un peu vers l’intérieur à l’atterrissage, adoptez un alignement fermé : à l’adresse, tournez-vous vers la droite si vous êtes droitier, mais vers la gauche si vous êtes gaucher. Laissez l’alignement de la lame suivre cette rotation : ne ramenez pas la lame square par rapport au point de chute, car elle sera  trop fermée au moment de l’impact en raison du croisement volontaire des avant-bras.

Le push : le contraire du pull

Une balle qui part en push (vers la droite pour les droitiers, vers la gauche pour les gauchers) est très utile sur une pente descendante. En effet, elle roulera moins, et c’est bien ce que vous voudrez en pareille situation, non? Pour créer un push volontairement, empêchez vos avant-bras de se croiser durant l’élan avant. Ainsi, la lame descendra vers la balle tout en s’ouvrant. L’ouverture de la lame à l’impact produit un effet rétro (backspin) qui fera partir la balle vers l’extérieur. De plus, l’effet rétro réduira le roulement de la balle sur le green.

Le push, c’est le coup à exécuter sur une pente descendante pour éviter que la balle ne roule trop au-delà du trou. Cependant, sachant que la balle partira vers l’extérieur, adoptez un alignement ouvert : à l’adresse, tournez-vous vers la gauche si vous êtes droitier mais, contrairement au pull, gardez la lame square par rapport au point de chute. Pourquoi? Puisque l’effet rétro immobilisera rapidement la balle, celle-ci déviera très peu vers l’extérieur après son atterrissage.

Mauvaise direction

Une mauvaise direction peut être causée par plusieurs mouvements inconscients ou involontaires, notamment :

  • une action subite des mains, des poignets ou des bras;
  • un arrêt ou un mouvement brusque de la rotation des épaules;
  • un glissement des hanches à la montée ou au retour;
  • un déplacement ou une rotation de la tête; la tête doit rester immobile.

Distance des chips

Le secret d’une bonne force réside dans l’étirement doux du côté avant du dos à la position initiale (le côté gauche du dos pour les droitiers). Vous pouvez modifier la distance de vos chips en changeant de bâton. À l’adresse, fixez votre attention sur la distance de vol de la balle. Cette distance, qui précède le roulement sur le vert, doit être la plus courte possible.

Pour les divers bâtons à utiliser pour un chip standard sans effet ni armage des poignets, les distances air/sol sont les suivantes :

  • Sand wedge : 60%/40%,
  • Pitching wedge : 50%/50%,
  • Fer 9 : 40%/60%,
  • Fer 8 : 30%/70%,
  • Fer 7 : 20%/80%.

Le premier chiffre ci-dessus correspond à la distance dans les airs et le second, au roulement de la balle sur le green, en pourcentage de la distance totale.

Autres facteurs à prendre en compte dans le contrôle de la distance

Évidemment, les pourcentages ci-dessus varieront selon l’état des greens. En effet, la réceptivité et la dureté des greens fluctue en fonction de leur taux d’humidité et donc, des éléments : heures d’ensoleillement, quantité de pluie, moment de la saison. Bref, allez passer du temps autour des greens de pratique avant d’aller jouer votre ronde de golf pour évaluer leur rapidité et ajuster votre jeu court en conséquence.

Une seule raison pousse les pros à n’utiliser que le sand wedge autour des verts : le sand wedge est le meilleur bâton pour traverser l’herbe haute autour des vers.

Vous pouvez également réduire la distance de vos chips pour un bâton donné en abaissant votre prise sur la poignée. Voilà une façon très simple de produire des chips sans se compliquer l’existence!

Éducatif Deviner la distance de ses chips

Sans regarder votre balle s’envoler (continuez à fixer l’endroit où elle reposait sur le sol), devinez si la balle a atteint la cible ou si elle s’est immobilisée avant ou au-delà. Cet exercice vous permet d’améliorer vos sensations à l’aide du toucher (sur la poignée du bâton) et de l’ouïe (grâce au son de la balle).

Ainsi, grâce à cet éducatif, vous éliminerez la principale cause des tops : la curiosité qui fait relever la tête. Apprenez plutôt à attendre un peu avant de regarder le résultat en tournant le cou, mais sans relever la tête. Autrement dit, restez fléchi dans la position finale comme dans votre position initiale, mais tournez le cou pour voir ce que fait la balle. Au début, cela vous paraîtra bizarre de regarder l’horizon de côté, l’oeil arrière plus bas que l’oeil avant. Rappelez-vous que vous êtes golfeur, pas spectateur!

Éducatif Chip avec croustille entre les dents

Exécutez un chip avec une croustille entre les dents sans croquer celle-ci tant que la balle ne s’est pas arrêtée. Cet éducatif favorise un swing fluide et détendu.

Éducatif Le bourdon

Comme Jack Nicklaus, exécutez des chips en murmurant le bruit d’un bourdon la bouche fermée (humm…). Le murmure ne doit ni cesser ni fluctuer en intensité, ce qui indique que le swing est fluide et détendu. Songez au geste que vous feriez pour faire s’envoler un papillon (ssswishhh!), et non pas au geste que vous feriez pour écraser un moustique (pafff!).

Éducatif Le flamant rose

Exécutez des chips le pied arrière sur la pointe de ses orteils pour que presque tout le poids repose sur le pied avant en veillant à conserver votre équilibre en tout temps. Avant d’entamer l’élan (swing), ouvrez le bassin vers la cible comme à la position d’impact et accoler votre genou arrière au genou avant. Ne restreignez pas la rotation de vos épaules pour autant. Cet éducatif vous permet d’apprendre la position d’impact tout en améliorant votre équilibre. Combinez les deux éducatifs ci-dessus pour plus d’efficacité, comme je vous le montre dans la vidéo ci-dessous.

Comment imprimer un effet rétro à la balle

Pour produire un chip avec un effet rétro (balle qui mord à l’atterrissage), modifiez votre position initiale et votre swing comme suit :

  1. Prenez un grip (prise) faible;
  2. Ouvrez la lame en ouvrant d’autant l’alignement des pieds;
  3. Adoptez une position de balle plus proche du pied avant;
  4. Gardez les coudes bas et collés au corps tout au long du swing;
  5. Étirer le bras avant à la montée;
  6. Laissez les poignets s’armer au sommet du backswing;
  7. Ne permettez pas à vos avant-bras de se croiser dans la zone d’impact (la lame reste ouverte). Autrement dit, faites en sorte que  la lame pointe vers le ciel à la fin du swing comme si vous vouliez y déposer un verre de vin sans en renverser le contenu.

Effet brossé sur la balle (l’opposé de l’effet rétro)

Pour que la balle roule beaucoup après son atterrissage, modifiez votre position initiale et votre swing comme suit :

  1. Adoptez un alignement fermé;
  2. Prenez un grip (prise) fort;
  3. Placez la lame ouverte par rapport au point de chute;
  4. Ne laissez pas vos poignets s’armer au sommet du backswing;
  5. Croisez les avant bras vers l’intérieur dans la zone d’impact (voir la notion du « volant » dans l’article sur le coup de départ).

Hauteur des chips

Pour un chip bas avec beaucoup de roulement :

  1. Mettez 80 % de votre poids sur la jambe avant;
  2. Pliez très légèrement les genoux;
  3. Placez vos mains devant votre cuisse avant;
  4. Faites un chip I à I;
  5. Veillez à ce que votre poignet avant soit ferme et arqué à l’impact.

Pour un chip haut avec peu de roulement :

  1. Mettez 60 % de votre poids sur la jambe avant;
  2. Abaissez la poignée en pliant davantage les genoux et la hanches tout en vous éloignant de la balle;
  3. Placez vos mains plus vers la cuisse arrière, derrière la balle;
  4. Faites un chip L à I;
  5. Laissez le poignet avant « céder » à l’impact et au-delà.

Lecture du green pour un chip (plus de précisions dans l’article sur le putting)

Précisez la force du swing à appliquer à la balle comme suit :

  • Déterminez si vous avez affaire à une pente ascendante ou descendante;
  • Pour ce faire, placez-vous face à la ligne de votre chip et observez le relief du green de gauche à droite;
  • Appliquez toujours la même force au swing avant. La finition est basse afin de permettre une frappe descendante.

Précisez le point de chute de la balle sur le green comme suit :

  • Déterminez si vous avez affaire à une pente latérale et, le cas échéant, de quel côté la balle déviera;
  • Pour ce faire, placez-vous derrière la ligne de votre chip et observez le relief du green de gauche à droite;
  • Choisissez un point de chute en fonction de la déviation du roulé que produira la pente latérale.

Conseils de Jim Furyk pour le chipping

Pour les chips plutôt courts, Jim Furyk préfère une balle centrée avec davantage de poids sur le pied avant. De plus, il adopte une prise plus palmaire (parfois inversée pour moins de puissance) et une posture parallèle à la ligne de visée et rapprochée de la balle. Cela affaiblit le bâton et lui permet de frapper sans retenue et, donc, avec moins d’hésitation. En outre, il utilise le rebond de la lame en ouvrant celle-ci. Au contact de la lame contre le sol, le rebond propulse la balle vers le haut et réduit d’autant son roulement après l’atterrissage.

Pour les chips plus longs, Jim suggère un swing plus dynamique des bras et, si besoin est, une rotation du bassin permettant de dégager le passage pour les mains. Visez le quadrant intérieur de la balle et privilégiez un angle d’attaque minimal.

Autres précisions sur l’élan pour le chip

  • Swing de 7 h à 4 h (le swing avant est plus long que le backswing);
  • La face de la lame regarde la balle tout au long du swing arrière;
  • L’impact doit être ferme et en descente;
  • Après l’impact, les bras restent allongés (les coudes ne plient pas);
  • Pour éviter les grattes, votre poids doit rester à l’avant (tournez le tronc, pas de pendule de la tête).

Mouvement du corps et transfert de poids

À la position initiale, 80 % du poids est sur le pied avant pour une trajectoire basse (60 % pour une trajectoire haute). Le centre de gravité (le bassin) reste immobile pour le swing arrière (ce sont les épaules qui tournent, réduire au minimum le mouvement des jambes). Cependant, durant l’élan avant, les hanches suivent les épaules et, donc, entraînent le nombril légèrement vers la cible.

Plan du swing pour un chip

Le plan du swing d’un chip doit être intérieur-extérieur de préférence, comme pour un mini‑draw. Un plan intérieur-extérieur réduit au minimum les risques de grattes et optimise l’utilisation du rebond des wedges (Lee Janzen).

Éducatif Chipping avec la main arrière seulement

Faites des chips sans la main avant sur la poignée. Cet éducatif élimine le croisement des avant-bras et, donc, l’effet brossé pour les chips où cet effet est indésirable. De plus, cet éducatif améliore la maîtrise des distances.

Éducatif Chipping avec la main avant seulement

Faites des chips sans la main arrière sur la poignée. Cet éducatif force le balancement de la poignée au-delà de la balle et, donc, élimine le pelletage.

Scroll to Top